Chantal et Jean-Marc HENRIOT se sont consacrés à faire connaître et développer les “Groupes d’Entraide Psychologique” (GEP) durant de nombreuses années.

Ils ont expérimenté d’abord sur leur ville, de 1990 à 1994, puis étendu cela au niveau national (1994 à 2005). En 2005, les GEP représentaient environ 500 participants, répartis sur 21 villes.

A cette date, ils ont laissé alors la structure GEP aux mains des équipes en place : une Association Loi 1901, des formateurs, animateurs et conférenciers.

Les membres du GEP apprenaient tout d’abord les principes de l’entretien d’entraide, puis se donnaient mutuellement un soutien réciproque, à la demande. Une réunion mensuelle, animée par un formateur, permettait de s’assurer que les entretiens d’écoute mutuelle restaient un soutien empathique et ne dérivaient pas vers de la simili-thérapie. Chacun disposait ainsi d’un réseau soutenant et respectueux, qui aidait vraiment à vivre les difficultés du quotidien.

La base rogérienne (acceptation inconditionnelle positive, reformulation, …) a permis à beaucoup de participants de donner ensuite leur participation dans diverses associations d’aide. Un livre raconte cette aventure collective (“Parler, Ecouter” Editions du Souffle d’Or). Et l’article ci-dessous vous permettra de mieux percevoir les détails de cette pratique et les lignes de force qui l’organisaient.

Vous pouvez consulter d’autres articles à ce sujet, en suivant ce lien.
A noter que la formation “Facilitation Relationnelle” (Module 10) proposée au sein de l’école AIDE Psy est très fortement inspirée, dans son contenu, par cette expérience du GEP.