Fiche de lecture

Le moi peau

Par 18 janvier 2021février 2nd, 2021Aucun commentaire

Le moi peau

Didier Anzieu

présenté par Mélanie Pottiez.

Dans cet ouvrage, Didier Anzieu présente de manière détaillée, étayée, le concept de Moi-peau, dont il est le père.

Les origines des notions d’enveloppes psychiques sont en lien avec Freud et sa proposition des deux topiques, ainsi que d’Esther Bick (1968) et sa notion de peau psychique.

Par Moi-peau, il établit une formulation métaphorique, caractéristique d’un mode de penser psychanalytique.

Le Moi-peau est une représentation primaire et métaphorique du Moi, étayée sur la sensorialité tactile, dans un premier temps.

Anzieu explique que toute activité psychique se tisse sur une fonction biologique.
Le Moi-peau trouve cet étayage sur les diverses fonctions de la peau (contenance, limite entre le dedans et le dehors, communication et échanges avec l’environnement). Il enveloppe le psychisme comme la peau enveloppe le corps.

L’auteur explique que ces enveloppes du Moi permettent de contenir les représentations, les affects, les ressentis. Ces enveloppes sont plurielles : visuelles, sonores, tactiles, olfactives, gustatives, de mémoire. La première peau, la peau-première, est celle de la mère.

Le fantasme de peau commune avec la mère, et le processus de séparation (avec les variantes narcissiques et masochistes) sont également abordés.

 

Dans un premier temps de l’ouvrage, un point est fait quant aux préliminaires épistémologiques, sur la notion de Moi-peau et sa psychogénèse, en s’inspirant notamment du mythe grec de Marsyas.

Dans un second temps, un retour est fait sur les apports psychanalytiques de Freud et de Ferden pour expliquer sa structure, ses fonctions. Pour Freud, ce sont les barrières de contact, le Moi comme interface et la structure psychique telle qu’il l’a modélisée, qui permettent une première compréhension du Moi-peau, et sa constitution. Pour Ferden, penseur des limites (comme ce qui permet à l’appareil psychique de faire la différence entre ce qui est à l’intérieur du psychisme et ce qui ne l’est pas), le sentiment du Moi comprend un sentiment mental et un sentiment corporel. De là, naît le troisième sentiment, celui des frontières fluctuantes entre le Moi psychique et le Moi corporel.

Anzieu pose alors les 8 fonctions psychiques du Moi-peau, toujours en faisant le lien avec la peau/corps : maintenance (holding maternel), contenance (handling maternel), pare- excitation (protection de la couche sensible du psychisme), individuation du Soi (protection de l’individualité avec sentiment d’être unique, par la différenciation de ce qui est à soi et à l’autre), intersensorialité (reliance tactile entre des sensations différentes, ce qui permet de créer comme un tricot une pièce), soutien de l’excitation sexuelle (les ressentis de la peau du bébé en lien avec l’investissement libidinal de la mère), la recharge libidinale (la peau comme surface de stimulation permanente du tonus sensori- moteur par les excitations externes, avec maintien de la tension énergétique interne) et l’inscription des traces sensorielles tactiles (renforcée par l’environnement et le biologique).

 

Anzieu aborde également les troubles liés aux attaques du Moi-peau (le Moi-peau passoire, troué, sac…), et ses causes. Et il explique de manière détaillée les altérations de la structure du Moi-peau dans les constructions narcissiques et état limites.

Dans ce sens notamment, l’importance de l’interdit du toucher en psychanalyse, et des problématiques engendrées quand il n’est pas respecté, est rappelée. Les différentes enveloppes sensorielles (visuelle, thermique, olfactive, gustative, liée au toucher)  participent à la constitution du Moi-peau. A la fin de l’ouvrage, D. Anzieu fait un point sur une seconde peau musculaire (qui ressemblerait à la cuirasse musculaire de caractère de Reich), l’enveloppe de souffrance (en s’appuyant notamment sur l’exemple des grands brûlés), et la pellicule du rêve (comme un voile, un film).

Commentaires personnels

C’est un ouvrage incontournable en psychanalyse, selon moi.

Il aborde le psychisme tel un corps, qui se constitue et fonctionne en similitude et en lien avec la peau du corps physique et la sensorialité ; je trouve cela très éclairant, et très juste.

Cette proposition d’un Moi-peau permet de comprendre plus précisément les constructions psychiques, les blessures, et les enjeux dans le positionnement thérapeutique.

 

Points perçus comme positifs

Les exemples de fragments de cure proposés viennent bien faire lien avec les hypothèses, les constats présentés. Cela permet de bien saisir concrètement de quoi il s’agit.

 

Points perçus comme négatifs

Un point plus détaillé sur la constitution (ou la non-constitution) du Moi-peau dans la psychose aurait été intéressant.

 

Réflexion par rapport à la PRE (Psychanalyse Rêve Éveillé)

Cette compréhension du corps psychique par le Moi-peau peut aider à percevoir ce qui se dit au travers des vécus, des éprouvés tout au long de la cure, et dans les RE.

En RE (Rêve Éveillé), la sensorialité, l’éprouvé sont des points importants à expérimenter pour enclencher un processus concret de restauration.

En PRE, c’est un terreau fertile pour accompagner au mieux le sujet dans une restauration de son Moi- peau.